Le printemps avance. Les abeilles butinent, préparent le miel, et le reflexe de tout bon apiculteur est de vouloir protéger ses colonies pour qu’elles puissent travailler en paix. Voir roder les frelons asiatiques n’est pas plaisant, mais le printemps n’est pas la bonne période pour piéger ces tueurs d’abeilles. Explication.

D’après les scientifiques, même si les reines frelons se réveillent et commencent à construire leur nid au printemps, ce n’est pas le bon moment pour les exterminer. Elles sont les seules avoir survécu à l’hiver. Les mâles et les ouvrières sont morts.

Parmi elles, certaines reines sont fécondes et peuvent donner naissance à une colonie, d’autres sont stériles et vont mourir. Les troisièmes sont des guerrières qui détruisent le nid des autres. Il est préférable de ne pas tuer celles-ci et de les laisser oeuvrer pour limiter le nombre de nids.

Le frelon asiatique a été introduit accidentellement en 2004 dans le Lot-et-Garonne. Il progresse vers le Nord à raison de 100 km par an et a déjà colonisé la moitié du territoire français.

Les expériences menées par les spécialistes ont montré que détruire les reines frelons maintenant ne diminue pas le nombre de nids. Il vaut mieux les repérer et attendre juillet, en fin de journée, quand les frelons rentrent pour la nuit, pour détruire les nids.

Le piégeage non sélectif, avec des pièges sommaires comme la bouteille remplie d’eau sucrée qui laisse entrer l’insecte et l’empêche de sortir, est déconseillé par les entomologistes. Une expérience menée en 2010 par le muséum national d’histoire naturelle est éloquente : sur 124 000 bestioles capturées, il n’y avait que 1 600 frelons. Les autres étaient des insectes inoffensifs et utiles à la pollinisation avec, parmi eux, des papillons.

2 réponses à “Trop tôt pour piéger les frelons asiatiques”

  1. aline dit :

    Bonjour,

    comment détruit on un nid de frelons?
    Les apiculteurs le font-ils eux même?

    Merci d’avance,
    aline

  2. Jacques dit :

    Si on asusme qu’un 20% des reines fondatrices capturés dans l’étude étaient fertiles.. cela ferait 320 nids en moins (1600×0.2=320).. si chaque nid avait par exemple 10.000 frelons, cela veut dire qu’on a empeché la naissance de 3.200.000 frelons (320*10.000) qui allaient manger des abeilles, paillons, et autres insectes.. Alors si on compare ce que pouvaient manger les 3.200.000 felons pendant leur vie face aux 124.000 insectes captures, je crois qu’il faut continuer le piègeage.. Ces entomologistes scientifiques vievent dans les nuages… pas dans la réalité!
    Et tout ca, en assumant des calculs par le bas, car je suis sur que plus de 2% des reines capturés sont prêtes à construire des nids.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *