Des peintures préhistoriques précédant l’apparition de l’écriture montraient déjà des hommes récoltant du miel dans les ruches. Le miel et la cire font donc partie du quotidien des hommes depuis plus de 10 000 ans.

Avec la découverte du feu, et de l’effet calmant de la fumée sur les abeilles, la récupération du miel est devenue plus facile et moins dangereuse. L’apiculture a ensuite progressivement trouvé sa place dans l’agriculture. La production de miel valorisait autant une terre que la récolte d’orge ou de blé. Il y a plus de 6000 ans, les Egyptiens associaient l’apiculture à la vie religieuse. Ils pensaient que le soleil pleurait des abeilles et que ses larmes parvenaient aux hommes sous la forme de miel et de cire. L’abeille est alors devenue le symbole du pays. Le miel apparaît dans le premier livre de médecine chinois il y a plus de 2200 ans. En Inde, on a pendant très longtemps donné un peu de miel aux nouveaux nés pour les placer sous la protection de la déesse Parvati. On retrouve aussi le miel, qui s’appelait alors ambroisie, dans l’histoire des dieux du Mont Olympe. Au Ier siècle avant J.-C., l’écrivain romain Virgile rédigea un chapitre sur l’apiculture dans son traité sur l’agriculture Les Géorgiques. Il y décrit l’entretien d’un rucher, la discipline d’un essaim, la nature et la qualité des abeilles, leurs maladies, leurs modes de reproduction… A partir de cette époque, les ruches en paille ont été utilisés ont été utilisées pendant des années en Europe. Au XVIIIe et XIXe siècle, la pratique de l’apiculture est devenue plus scientifique. On étudiait rigoureusement l’organisation de la ruche et les raisons de la vulnérabilité de la ruche. En 1820, les russes inventèrent la ruche divisible et trouvèrent les moyens d’isoler la reine dans une zone spécifique de la ruche. Le révérend Langstroth fit l’une des découvertes les plus importantes de l’histoire de l’apiculture en 1850 : il détermina l’espace dont ont besoin les abeilles pour se déplacer, il créa alors une ruche dans laquelle la reine reste confiner dans le corps, et le miel et le couvain peuvent être répartis dans différentes zones. Les rayons préformés apparaissent à la moitié du XIXe siècle. Depuis, l’apiculture n’a cessé d’évoluer. On sait maintenant comment manipuler les colonies pour obtenir plus de miel, et comment les déplacer pour bénéficier des différentes cultures environnantes. Et les abeilles n’ont pas fini de nous étonner. Toutes les études menées sur elles livrent des résultats toujours plus instructifs sur leurs manières de vivre et leurs intérêt pour l’homme.

Une réponse à “L’apiculture, tout une histoire”

  1. […] par excellence, il a toujours bénéficié d’une image positive auprès des hommes – cliquez ici pour une histoire détaillée du miel et des abeilles. Abeille à miel d’Europe – […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *