Le thermomètre stagne autour des 10° C en plein mois de janvier et la nature en perd son latin. Des bourgeons et des même des fleurs, les abeilles aussi n'y comprennent plus rien. Les reines se remettent à pondre avant l'heure et les butineuses sortent alors qu'elles devraient être en train d'hiberner. Le froid, annoncé prochainement, pourraient bien être un coup dur pour celles qui se croyaient déjà au printemps. 2011 a été l'année la plus chaude depuis 1878, année de la première observation météorologique. La moyenne des températures, toutes saisons confondues, est  1,5° C au dessus des valeurs normales. Cette douceur se poursuit en ce début 2012 et dérègle la nature. Les cerisiers et les vignes bourgeonnent alors que le gel n'est pas à exclure dans les prochains jours. Les jardins se peuplent de fleurs qui n'apparaissent normalement pas à cette époque de l'année... Les jardiniers sont inquiets, et les apiculteurs aussi. Et pour cause, motivées par cette atmosphère printanière, les reines se remettent déjà à pondre. Les butineuses quittent donc la ruche en quête de miel pour nourrir les larves. Elles se fatiguent, alors que cette période est normalement réservée au repos et à l'hibernation. De plus, comme elles ne trouvent pas beaucoup de nectar dehors, elles commencent à puiser dans les réserves de la ruche, dont elles auront besoin plus tard. Pour le premier trimestre 2012, Météo-France prévoit un cumul de précipitations inférieur aux normales saisonnières et des températures très douces. Pour l'instant réjouissons-nous, le thermomètre devrait baisser dans les prochains jours, et la nature prendre un bon bol d'air frais.