abeille archiComme nous avons besoin de maçons, d'électricien et de plombier pour construire notre maison, les abeilles elles aussi comptent au sein de leurs sociétés des ouvrières dont le métier consiste à bâtir les rayons, operculer les cellules, faire toutes les petites réparations nécessaires au bon fonctionnement. On les nomme les architectes. Toutes les tâches de maçonnerie ne sont pas effectuées par les même abeilles. Un groupe constitué d'abeilles ayant entre 1 et 50 jours, en moyenne 15 jours, se charge du gros œuvre. Elles construisent la structure de la ruche avec ses rayons composées de cellules hexagonales inclinées à 13° pour permettre aux larves de rester dans le fonds des cellules sans tomber, et d'en faire un lieu de stockage pour le miel. Elles façonnent trois types de cellules différentes Leurs parpaings à elles ? La cire. Elles la produisent grâce à leurs glandes cirières situées sur leur abdomen. Celle si sort sous la forme de petite écaille auxquelles les abeilles ajoutent de la salive pour en faire un mélange plus facile à manipuler. Elle malaxent ce mélange avec leurs mandibules avant de l'appliqué sur le "mur" de la ruche. Pour façonner un rayon entier, elles s'agrippent les unes autres en remplissant ainsi tout l'espace, et se mettent au travail. Toujours du haut vers le bas. Elles formeront des cellules plus petites qui accueilleront les ouvrières, et d'autres plus grosses pour les mâles. Et enfin, en périphérie, quelques unes pour les larves de reine. Les petits travaux du quotidien Ce sont des bâtisseuses plus âgées, d'environ 28 jours, qui se chargent de colmater les fissures et entailles du nid avec de la propolis pour que celui-ci soit le plus isolé possible. Et des ouvrières plus jeunes, d'environ 9 jours, qui s'occupent de l'operculation des cellules des larves au moment de leur nymphose. Lorsque les larves envoient le signal phéromonal réclamant la fermeture de la cellule, ces ouvrières récupèrent la boule de cire qu'elles avaient stockée au bord de la cellule à cette intention et recouvrent l'alvéole. Si ce stock ne suffit pas, elles vont piquer quelques morceaux dans les cellules voisines. Pas folle l'abeille.