Personnage central de la ruche, elle assure la pérennité de la colonie par sa ponte et la cohésion grâce à la production de phéromones. Cependant aussi puissante soit elle, elle ne pourrait survivre sans l'apport de nourriture et la protection des ouvrières. Vous trouverez la reine dans le couvain, le centre des cadres d'une ruche. Une fois qu'elle est fécondée elle est reconnaissable des ouvrières car elle est plus longue, plus lourde et se déplace plus lentement. Cependant, l'activité de la ruche reste dense, et l'âge de la reine pouvant être une donnée importante par la suite, il est utile d'identifier la reine par une gommette de couleur correspondant à son année de naissance selon le code suivant :
  • Bleu pour les années se terminant par 5 ou 0
  • Blanc pour 1 ou 6
  • Jaune pour 2 ou 7
  • Rouge pour 3 ou 8
  • Vert pour 4 ou 9
Eviter l'essaimage La naissance d'une reine s'effectue en 16 jours, généralement au printemps. Lorsque les abeilles commencent à être trop nombreuses dans une ruche, elles élèvent une ou plusieurs nouvelles reines et l'ancienne reine quitte la ruche avec des milliers d'abeilles pour essaimer, c'est-à-dire créer une nouvelle colonie ailleurs. Le travail de l'apiculteur consiste à limiter ou empêcher l'éclosion de nouvelles reines pour éviter l'essaimage. Ces cellules royales sont pendantes, souvent sur le tour des cadres. Une seule activité : la ponte Dès les premières semaines suivant sa naissance la reine sort de la ruche pour rejoindre un lieu de rassemblement de mâles, les bourdons ou faux-bourdons, c'est ce qu'on appelle le vol nuptial. Elle stockera alors les spermatozoïdes de 8 à 18 mâles dans sa spermothèque. C'est là qu'elle ira ensuite puiser tout au long de sa vie pour féconder ses oeufs, jusqu'à 200 000 par an. Sa ponte variera selon les saisons, pouvant aller jusqu'à 2000 oeufs par jour en mai-juin-juillet. Puissante mais vulnérable Si la reine est indispensable aux ouvrières, les ouvrières lui sont indispensables. Ne sortant pas de la ruche, elle a besoin des ouvrières et des nourrices qui sécrètent la gelée royale, pour se nourrir et élever ses progénitures. Nourrie exclusivement à la gelée royale, la reine est plus résistante, solide et vit plus longtemps que les ouvrières, 3 à 5 ans contre 3 à 5 semaines en moyenne. De la même façon, elle ne sait se défendre seule malgré son aiguillon, qui lui permet de piquer sans mourir, et a besoin du rempart des autres abeilles. Sa majesté est puissante et précieuse mais vulnérable.