grappeOn appellent les abeilles d'hiver, les ouvrières qui naissent après l'été et jusqu'en novembre. Ce sont elles qui assureront la pérennité de la colonie. pendant les mois les plus difficiles. Les scientifiques l'ont observé : ces abeilles sont physiologiquement différentes de leurs homologues du printemps. Leurs corps gras sont plus développés, ils prennent la forme de petites boules amassées au niveau de la tête et de l'abdomen. Cette réserve d'énergie supplémentaire leur permet de mieux résister au froid. Chez elles, l'hormone juvénile, celle qui incite l'abeille au butinage est presque inexistante, et pour cause elle n'en a pas le besoin. L'hiver lorsque la température est inférieure à 18°C à l'extérieur les abeilles doivent trouver des solutions pour maintenir une température de 30°C au niveau du couvain, s'il en subsiste un, et de 20°C au coeur de la ruche. Pour cela les abeilles d'hiver utilisent plusieurs techniques. Leur principale solution de défense consiste à se serrer les unes contre les autres pour former une grappe. Plus la température extérieure est basse, plus elles se serrent. Ainsi elles limitent les courants d'air et conserve un maximum de chaleur. Les abeilles qui occupent l'extérieure de la grappe peuvent supporter jusqu'à 8°C. Elles entrent régulièrement à l'intérieur de la grappe pour se réchauffer. Les abeilles produisent également de la chaleur. Elles utilisent le miel mis de côté pour trouver l'énergie nécessaire pour contracter leurs muscles thoraciques et dégager de la chaleur. A la sortie de l'hiver, ces vieilles abeilles deviennent nourrices ou butineuses. Elles fournissent au couvain le miel nécessaire pour assurer la naissance des premières générations d'abeilles du printemps. Une fois leur succession assurée, elles se permettent de mourir.