Abeilles-Vie-Ruche10On le sait depuis longtemps, les animaux vertébrés sont dotés d'un gêne spécifique qui leur permet la détection et l'apprentissage d'un nouvel environnement. Les abeilles ne sont pas des vertébrés, et pourtant, elles sont capables d'aller butiner à des kilomètres de leur ruche, et de la retrouver sans difficulté. Elles peuvent même se transmettre entre elles des petits conseils sur les lieux accueillants ou dangereux pour aller butiner. Une faculté surprenante et très développée mais que les abeilles n'ont pas à la naissance. Un groupe de biologistes de l'University of Illinois aux Etats-Unis a chercher à comprendre quel gêne donne cette faculté aux abeilles et comment elles développent cette aptitude. Les résultats de leur étude ont été publiés dans la revue américaine The journal of experimental biology. Les scientifiquent y réaffirment que les abeilles ne naissent pas avec la faculté de trouver des fleurs, ni avec le sens de l'orientation. Elles acquièrent ces facultés au fur et à mesure, apprennent à se repérer grâce au soleil, car elles possèdent le même gêne que les vertébrés : le gêne Egr. Une oriantation stupéfiante En analysant l'activité cérébrale des insectes, les chercheurs ont remarqué que l'activité de ce gêne augmentait très rapidement dans le cerveau de l'abeille, et qu'il s'activait plus particulièrement lorqu'elles trouvent et rapportent de la nourriture à la ruche. Preuve qu'il joue un rôle important dans l'orientation des abeilles. Pour confirmer leur interprétation, les scientifiques ont observé des abeilles, déjà habituées à se repérer, évoluer dans un nouvel environnement. L'analyse de cette capacité stupéfiante des abeilles à naviguer, s'orienter, avec un si petit cerveau, va au-delà de la simple question des abeilles. Si celles-ci partagent des gènes avec l'humain, les découvertes des sicnetifique de l'Illinois pourraient à terme permettre de meixu comprendre certains comportements humains, et pourquoi pas, un jour, permettre de mieux réguler certaines pathologies.