Comme tout être vivant, l’abeille a de nombreux prédateurs. On parle souvent des dégâts que cause le frelon asiatique, mais il y en a d’autres. De nombreux oiseaux peuvent, par exemple, présenter une menace pour les abeilles. Le pivert fait parfois son marché dans les ruches pendant l’hiver. Grâce à son bec puissant, il perce les parois des ruches. Un peu fainéant, il attaque souvent au niveau des encoches, là où le bois est le moins épais. Il élargit ensuite le trou jusqu’à accéder aux abeilles. L’astuce pour l’éloigner ? Suspendre des sacs en plastique de couleurs vives dans le rucher pour l’effrayer. Les mésanges, notamment l a mésange charbonnière, a elle aussi sa technique pour se nourrir de quelques abeilles pendant l’hiver. Elle frappe avec son bec sur le toit de la ruche pour faire sortir ses proies de leur nid douillet et les attraper. Elle n’en mange en général qu’un petit nombre mais en frappant ainsi elle perturbe le repos de la grappe ce qui peut être très préjudiciable à la colonie. Contrairement à ce que son nom laisse croire, la bondrée apivore,  qui appartient à la famille des rapaces, ne mange que très peu d’abeilles. Elle se nourrit principalement de larves de guêpes ou de bourdons, dont elle dévore les nids. Elle choisit la facilité et ne  s’attaquera qu’à un essaim  d’abeilles en plein air   Les hirondelles aussi peuvent occasionnellement manger quelques abeilles mais le plus redoutable oiseau prédateur d’abeilles reste le guêpier. Sous son plumage chatoyant, cet oiseau migrateur qu’on trouve surtout dans le sud de la France, chasse les abeilles en vol. Il peut aussi attaquer en groupe et venir chercher ses proies au-dessus du rucher, il décime alors une grande partie de la colonie.