Sous les traits jaunes et noirs de "Dédé L'abeillaud", David Derrien, un Breton de 41 ans, a annoncé la semaine dernière sa candidature à l'élection présidentielle d'avril prochain. Déguisé avec humour, cet apiculteur se présente comme le "vrai et seul candidat de la biodiversité" et déclenche le "bzzz". Sous cette apparence fantaisiste, cet agent de service originaire de Plougastel-Daoulas dans le Finistère, veut faire passer des idées très sérieuses. Il veut introduire la question de la sur-mortalité des abeilles au coeur du débat politique. "Une fois élu, ma première mesure sera d'interdire tous les insecticides systématiques, comme c'est fait en Italie", a-t-il affirmé. Son programme est simple : la lutte contre les pesticides et les produits phytosanitaires qui font des ravages au sein des ruches, menaçant dans le même temps toute la biodiversité. Il promet de veiller à l'application de la Convention sur la biodiversité signée lors du Sommet de la Terre en 1992 à Rio de Janeiro.  Il s'engage à mettre en place un " plan Marshall pour la biodiversité ", à favoriser le développement de l'agriculture biologique et à donner la possibilité aux paysans qui le souhaitent de ressemer leur culture. D'où son slogan : "semer, s'aimer et essaimer". Il veut aussi interdire la culture des OGM sur tout le territoire européen, enrayer la progression des algues vertes en aidant les producteurs à se reconvertir dans une agriculture respectueuse de l'environnement et prône l'arrêt de la déforestation.