dégustL'évaluation professionnelle d'un miel se déroule en plusieurs étapes. Si vous souhaitez tenter l'exercice voici quelques secrets d'une bonne dégustation. Tout commence par un examen visuel. Il faut d'abord vérifier qu'on ne voit aucun résidu, ni aucune écume à la surface du pot. Pas de résidu prouve que le miel a été parfaitement filtré lors de l'extraction. Si aucune écume ne flotte à surface alors le miel est correctement mature. Peu importe sa couleur, la robe d'un bon miel doit toujours être unicolore. Prenez le temps de l'observer avant de passer à l'étape suivante : l'examen olfactif. Dès l'ouverture de l'emballage un bon miel doit dégager une odeur correspondant à l'origine florale du miel. Cette étape peut-être difficile à appréhender lorsqu'on débute dans la dégustation, mais les grands amateurs savent très bien les distinguer. Si vous sentez une effluve particulièrement fumée cela peut trahir un enfumage excessif lors de la récolte. Vient ensuite le moment le plus gourmand : l'examen olfactif. N'en prenez-qu'une cuillère, faites-la tourner longuement dans votre bouche et écrasez ensuite le miel entre votre langue et votre palais pour distinguer tous les arômes. Puis avalez lentement. Si la saveur persiste c'est qu'on peut qualifier ce miel de long en bouche. Enfin, il faut évaluer la texture du miel. S'il est trop épais ou colle aux dents vous le sentirez très vite. Le plus difficile à anticiper est la réaction du miel à la cristallisation. A l'état solide, la finesse de la granulation est déterminante. Un miel même des plus délicieux en parfum et en saveur peut être desservi par une cristallisation grossière. Dernier petit conseil : si vous souhaitez réellement imiter les jurés de concours, rincez-vous la bouche avec un verre d'eau plate et manger un quartier de pomme acide avant d'attaquer la dégustation d'un nouveau miel. Cela permet de retrouver tout son potentiel gustatif.