Lors du salon de l'agriculture 2012, qui a attiré plus de 680 000 visiteurs du 25 février au 4 mars, la cause apicole a été très défendue. Et tous les candidats à l'élection présidentielle qui ont parcouru les allées du salon n'ont  pu y échapper.   Ce sont les apiculteurs qui ont ouvert le bal des manifestions, dès le premier jour du salon.  A deux pas du stand du ministère de l'agriculture, les amoureux des abeilles et du miel ont réclamé l'assurance que le maïs MON810, une des semances OGM de la firme Monsanto, soit interdit à la culture en France. Les apiculteurs craignent, en effet, que les arguments juridiques avancés par le gouvernement français ne tiennent pas la route devant le Conseil d’Etat et la Cours européenne de justice qui, les avaient déjà retoqués. On rappelle en parallèle que l’Union européenne a récemment décidé d’interdire à la vente le miel issu de pollens contenant des OGM. Interrogé sur le sujet, lors de son passage, François Hollande a affirmé que "nous ne pouvons pas accepter la culture des OGM en plein champ avec des risques de diffusion des OGM sur d'autres productions, notamment sur la production de miel". Il a souhaité "qu'il y ait des règles strictes qui soient posées et que certaines cultures OGM ne soient pas autorisées dans notre pays". Et bien sûr, un clin d'oeil à David Derrien, alias Dédé l'Abeillaud, candidat de la biodiversité qui est venu au salon, dans son costume d'abeille, défendre la cause apicole et son thème de campagne "semer, s'aimer, essaimer".