Beaucoup d'entre vous m'ont demandé comment ils pouvaient aider les abeilles sans être apiculteurs, et certains se sont même lancés dans la grande aventure en installant des ruches chez eux. Après quelques conseils sur l'équipement de base de tout apiculteur, voici ce que devra aussi renfermer votre boite à outils au moment de récolter votre premier miel... C'est au moment de votre première récolte que l'investissement le plus important est nécessaire. Trois instruments vous sont indispensables : un couteau désoperculateur, qui sert à retirer délicatement la couche de cire qui recouvre les opercules des cadres pour libérer le miel. Extraire le miel Il vous faut ensuite un extracteur. Cette machine en forme de petite cuve, utilise la force centrifuge pour dégager le miel des opercules. Vous placez les cadres à l'intérieur de l'appareil, vous fermez, tournez la manivelle (il peut aussi être électrique) et le miel est éjecté sur les parois et retombe. Il n'y a plus qu'à le récupérer dans la partie inférieure. La maturation, une étape indispensable Enfin, vous aurez besoin d'un maturateur. La maturation, qu'on pourrait aussi appeler décantation, est une étape qu'on peut être tenté de sauter et pourtant il ne faut pas, elle est primordiale pour obtenir une cristallisation uniforme. En plaçant le miel encore liquide dans le maturateur pendant un à deux jours, il s'agit de laisser les impuretés remonter à la surface et former une couche supérieure qu'il suffira de retirer avant de d'extraire le miel par un robinet situé en bas de la cuve. Pour le petit plus, la couche prélevée et non utilisée peut ensuite nourrir le rucher producteur. Une petite astuce pour le budget Pour ces trois instruments, sur une gamme amateur, comptez un budget d'environ 500 euros. Mais pas de panique, rien ne vous oblige à l'acheter neuf, ces produits s'achètent très facilement d'occasion. Et si le budget est vraiment serré, pourquoi ne pas fabriquer le maturateur vous même : un fut de plastique alimentaire, un petit trou à la scie cloche dans le bas, un robinet de sous-tirage, et en une vingtaine d'euros de quoi faire mûrir votre première récolte pour un budget défiant toute concurrence. La touche finale Pour une récolte digne de ce nom, il vous faudra, au-delà de ce tiercé d'outil, un local à l'abris des abeilles, des pots et des étiquettes et le tour est joué. Une bonne adresse pour trouver ce matériel : http://www.routedor.fr/