Ces mois de juin et juillet ont été parmi les plus froids et les plus pluvieux depuis des années, surtout dans la moitié nord de la France. Entre deux averses, les butineuses récupèrent assez de nourriture pour elles, mais ne produisent pas le surplus que récolte habituellement l'apiculteur. Les récoltes 2012 s'annoncent très faibles. D'habitude à cette période de l’année, les tournesols offrent leurs capitules nectarifères aux abeilles, les champs de lavande sont totalement bleus, et les bruyères, ronces, incarnates, fleurissent dans les sous-bois. Mais cette année, à cause des faibles températures et de la pluie, les fleurs, lavées de leur pollen, ne produisent pas ou peu de nectar. Or, la synchronisation entre le beau temps et l'éclosion des fleurs est indispensable pour le travail d'un apiculteur. Après les fortes chaleurs des mois de mars et avril, qui faisaient sortir les abeilles trop tôt de leur protection hivernale. Le thermomètre a décidé de continuer de leur jouer des tours. Au-delà du manque à gagner pour de nombreux apiculteurs, c'est la survie des colonies qui est en jeu. Si la météo persiste à freiner la production de miel, "les abeilles risquent de ne pas survivre aux températures glaciales de la fin d'année