L'abeille bohme du Danube.De plus en plus études scientifiques tendent à reconnaître les bienfaits de l'apithérapie. Certains traitements commencent à apparaître aux Etats-Unis, en France... Mais un pays d'Europe est bien plus en avance que nous en la matière : la Roumanie. Le premier centre médical d'apithérapie du monde a ouvert à Bucarest en 1984. Les médecins formés à l'apithérapie Doïna Postolachi, 34 ans, y vient deux fois par semaine pour recevoir des injections de venin d'abeille. Ces derniers lui ont permis de retrouver un peu d'autonomie dans sa lutte contre la sclérose en plaques. «Il y a un an, je ne pouvais plus marcher ni entrer dans ma baignoire. Aujourd'hui le traitement au venin m'a redonné de la force dans les jambes, je marche, je peux prendre un bain », témoigne-t-elle vantant le fait que l'apithérapie lui a permis d'éviter les nombreux effets secondaires des traitements classiques et reste beaucoup plus abordable. La Roumaine est l'un des rares payes du monde qui reconnaissent l'apithérapie comme une composante de la médecine scientifique au point d'inclure des modules d'apithérapie dans les formations médicales classiques. Partout dans le pays, des officines proposent un vaste choix de produits apicoles à base de gelée royale, de miel, de propolis, de pollen... Une nouvelle gamme permet même aux chats et chiens d’être traités par apithérapie... roumanie 2Un institut de recherche spécialisé depuis 1974 Le pays abrite également, depuis 1974, l'Institut de recherche et de développement apicole. Il emploie aujourd'hui 105 personnes et commercialise une trentaine de traitement homologués. Il reconnait notamment officiellement l'extrait de propolis comme un médicament. Selon le dernier recensement agricole de 2010, la Roumanie comptait 42 000 apiculteurs et 1,3 million de colonies d'abeilles.